Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Alina Szapocznikow

1926Kalisz, Pologne | 1973Passy, France
Informations
Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

© Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © ADAGP, Paris

Soutien
— Estate Alina Szapocznikow

Sculptrice polonaise.

Parmi les artistes polonais les plus importants de sa génération, Alina Szapocznikow incarne une sculpture nouvelle, à la fois héritière des surréalistes et relais des innovations du courant pop. Rescapée des camps de concentration – après plusieurs mois passés dans les ghettos de Pabianice et de Łódź en Pologne, où elle survit en exerçant le métier d’infirmière –, puis souffrant de plusieurs maladies, elle produit une œuvre marquée par la douleur physique. À la Libération, elle étudie à l’Académie d’art et d’industrie de Prague, puis aux Beaux-Arts de Paris (1948-1950). De retour en Pologne en 1951 pour se faire soigner de la tuberculose, elle répond à des commandes publiques – monuments à Chopin (avec Oskar Hansen), à l’amitié polono-soviétique, aux héros de Varsovie, aux victimes d’Auschwitz. Elle participe activement à la vie artistique contemporaine, aux côtés de son mari Ryszard Stanisławski, critique d’art et directeur du célèbre musée d’Art moderne de Łódź. Choisie pour représenter le pavillon polonais à la Biennale de Venise en 1962, elle rejoint la France définitivement l’année suivante, se rapprochant du groupe du nouveau réalisme (Arman, César, Niki de Saint Phalle). Elle partage alors sa vie avec le célèbre graphiste Roman Cieślewicz – dont elle a un fils, Piotr.

Avec de nouveaux matériaux, elle s’attelle à une sorte de vivisection intime du corps en le fragmentant et en multipliant les parties : Ventres-coussins (1968) ; Tumeurs (1968) ; Fétiches (1970) ; Portrait multiple (1965). Ces œuvres, qui correspondent à des moulages pris sur des corps − principalement le sien −, sont ensuite souvent tirées en vinyle, en polyuréthanne ou en bronze. Par cette réification du corps, littéralement en morceaux, elle illustre notre propre finitude, considérant que celui-ci est notre principale source de joie, de souffrance, et lui reconnaissant cette simplicité ontologique. Atteinte d’un cancer du sein à partir de 1968, elle va plus loin dans l’expression de son drame personnel avec L’Enterrement d’Alina (1970), où sont mêlés à la sculpture différents souvenirs personnels (photos, sous-vêtements, gaze). La dernière étape de son travail est franchie avec Herbarium (1971-1973), dans lequel sont intégrés des débris du moulage du corps de son jeune fils, dont les reliefs sont fixés pour toujours. Sur fond d’éclosion de pensée féministe et aux côtés d’autres artistes comme Louise Bourgeois ou Eva Hesse, A. Szapocznikow a largement contribué à ouvrir la voie aux représentants du body art.

Lire plus

Scarlett Reliquet

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

Alina Szapocznikow, Kuzlowa [Maternité], 1969, assemblage polyester photographies couleur, gaze, 42 x 52 x 18 cm, © Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © ADAGP, Paris

Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

Alina Szapocznikow, Sculpture-lampe, 1970, © Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © ADAGP, Paris

Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

Alina Szapocznikow, Ventres-coussins, 1968, jardin Kröller-Müller Museum, © Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © ADAGP, Paris

Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

Alina Szapocznikow, Dessert IV, 1971, © Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © ADAGP, Paris

Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

Alina Szapocznikow, Les gants roses, 1970, © Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © Photo : Jacques Verroust, © ADAGP, Paris

Alina Szapocznikow — AWARE Women artists / Femmes artistes

Alina Szapocznikow, Petite Tumeur, 1969-1970, résine polyester et gaze, 6 x 8,5 x 7 cm, © Piotr Stanisławski, Ayant-droits d’Alina Szapocznikow, Tous droits réservés, © ADAGP, Paris

Magazine
Article lié
Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29