Prix AWARE

Mona Varichon
Nommée au Prix 2021

© Photo : Roman Koval

Pour définir la matière qu’elle utilise, Mona Varichon parle d’un « bassin de contenus » composé d’enregistrements vidéo et sonores qu’elle collecte avec une méthodologie dérivée de ses études de sociologie. Elle procède ensuite à un travail de collage et de montage à partir duquel elle retranscrit une sensation ou une situation. Ses vidéos peuvent être regardées autant sur un smartphone dans le métro ou dans la salle de projection d’un cinéma que sur un écran plat dans un espace d’exposition.

Mona Varichon - AWARE Artistes femmes / women artists

Mona Varichon, 4 avril 2019, Mallaury chante « Assa » pour la sortie du livre « Le combat Adama », 2020, vidéo HD, couleur, son stéréo, 3 min 50 sec, © Mona Varichon

Mona Varichon - AWARE Artistes femmes / women artists

Mona Varichon, 23 mars 2019 Gilets Jaunes Acte XIX, 2020, vidéo HD, couleur, son stéréo, 11 min 23 sec, © Mona Varichon

Dans sa série Insta Stories Archive (2020), M. Varichon se concentre sur la collecte d’archives d’événements ayant marqué l’actualité récente, en accumulant des vidéos via l’application Instagram grâce aux hashtags ou aux géolocalisations associés. Que ce soit le lancement du livre Le Combat Adama d’Assa Traoré, la célébration de Pâques par le groupe de gospel de Kanye West ou l’incendie de Notre-Dame de Paris, il s’agit de recontextualiser des images créées pour les réseaux sociaux et vouées à disparaître, en les traitant comme des journaux filmés, ce qui les replace dans une tradition cinématographique rappelant le travail du vidéaste Jonas Mekas. 23 Mars 2019 Gilets Jaunes Acte XIX (2020) témoigne par exemple, de manière chronologique, d’une journée de manifestation vécue par différent·e·s protagonistes : manifestant·e·s, touristes, Parisien·ne·s rejoignant péniblement leur salle de gym ou se délectant d’une pâtisserie dans un café. Le montage permet à l’ensemble disparate de s’enchaîner tout en se parasitant, révélant les comportements sociaux face à des bouleversements politiques et soulignant tantôt un accueil complaisant du système capitaliste, tantôt un rapport de lutte face à un système oppressif.

Mona Varichon - AWARE Artistes femmes / women artists

Mona Varichon, April 21 2019 Kardashian-Jenner-West Easter Sunday Service at Coachella, 2020, vidéo HD, couleur, son stereo, 6 min 26 sec, © Mona Varichon

Après avoir vécu à Montréal, où M. Varichon a étudié la sociologie et joué du cor avec certains membres du groupe Arcade Fire, elle s’installe à San Fransisco, où elle décroche un Bachelor of Fine Arts au San Francisco Art Institute pour rejoindre ensuite le master du Art Center à Los Angeles, où elle reçoit l’enseignement de Chris Kraus. Récemment revenue à Paris, elle a intégré dans sa pratique des figures importantes de la culture nord-américaine comme la famille Kardashian, tout en s’attelant à la traduction du livre Reflections from a Cinematic Cesspool, les mémoires des artistes George et Mike Kuchar, qui ont marqué la scène expérimentale de la côte ouest par leurs productions artistiques et leurs personnalités hors du commun. Après ses dix années passées aux États-Unis, M. Varichon aborde avec distance les phénomènes sociétaux en France et le rôle primordial de la traduction pour comprendre l’altérité. De même, elle rend accessible la culture française au public anglophone en sous-titrant méthodiquement ses vidéos, ou en produisant des affiches A4 qui reprennent le système des fiches de paroles de chansons qui ont marqué le rap français. Ce regard analytique en miroir lui permet d’évoquer les problématiques actuelles de discriminations raciales et sociales, qui s’appliquent autant dans le contexte français que nord-américain, l’inscrivant dans une lignée d’une nouvelle génération d’artistes français·es qui s’emparent de ces sujets.

Mona Varichon - AWARE Artistes femmes / women artists

Mona Varichon, No, I Was Thinking Of Life (CC), 2018, vidéo HD, couleur, son stereo, 12 min, © Mona Varichon

No, I Was Thinking of Life (CC) (2018) fait partie d’une série de vidéos résultant de conversations téléphoniques avec sa mère. Cette série propose de porter un regard plus intime sur le rapport de M. Varichon à la culture populaire et à l’art. À partir d’un dispositif qui se compose d’une bande-son et d’un fond noir sur lequel apparaissent des sous-titres en anglais, elle utilise un procédé de monstration qui souligne volontairement l’absence d’images. Ce vide laissé par l’écran noir amplifie les voix des deux femmes. Alors que l’une se trouve en France puis au Caire et l’autre aux États-Unis, elles échangent sur leurs vies. Alimentée par différentes figures tutélaires, de l’artiste Kader Attia à la romancière Carson McCullers, sa mère se livre en creux sur ses propres failles et ses blessures constitutives de sa perception et de son expérience du monde. Dans cette série de vidéos, M. Varichon devance toujours le manque à venir, notamment lorsqu’elle utilise des moments d’échanges intimes. Ses films fonctionnent ainsi par anticipation de la disparition future, comme pour mieux se prémunir des sentiments de nostalgie et de tristesse qui l’accompagnent.

Ses travaux, dont la démarche peut être rapprochée de celle du fan art, sont autant d’hommages à des personnalités qu’elle admire, de sa mère à Assa Traoré. Dans cette alternance entre figures publiques populaires et personnes invisibilisées, elle essaie aussi de rendre compte de leurs motivations et de leurs désirs en révélant leurs mécanismes de luttes et leurs opinions politiques. De l’anglais au français, de l’intime à la place publique ou même aux réseaux sociaux, M. Varichon produit des collages vidéo qui permettent de « faire parler » et de « faire entendre » autrement. Elle renoue ainsi avec un héritage en partie disparu, celui de partir de la voix des autres plutôt que de la sienne.

Marion Vasseur Raluy

 

Mona Varichon (née en 1989 à Paris) est artiste vidéaste, autrice et traductrice franco-égyptienne basée à Paris, actuellement en résidence à la Cité internationale des arts. Elle est diplômée d’un Master of Fine Arts de l’ArtCenter à Pasadena, d’un Bachelor of Fine Arts du San Francisco Art Institute et d’une licence de sociologie de l’université Paris Descartes. Ses vidéos ont été exposées à The Renaissance Society (Chicago, États-Unis), CAPC (Bordeaux, France), u’s (Diamond Valley, Canada), Extramentale (Arles, France), Bel Ami (Los Angeles, États-Unis) et FLAX Foundation (Tin Flats, Los Angeles, États-Unis). Au printemps 2021, elle participera à une exposition collective à la galerie BQ (Berlin) et présentera une exposition monographique de sa mère, Malak El Zanaty Varichon, à Cocotte, l’espace de l’artiste Louise Sartor à Treignac.
Elle traduit actuellement en français les mémoires des artistes américains George et Mike Kuchar, à paraître en 2021 avec sa maison d’édition Varichon & Cie.

Marion Vasseur Raluy est commissaire indépendante et autrice. Elle vit et travaille à Paris. De 2014 à 2016, elle a codirigé l’espace indépendant Shanaynay (Paris). Elle a collaboré et travaillé avec de nombreuses artistes contemporaines, notamment Angelika Markul, Laëtitia Badaut Haussmann et Mimosa Echard. Elle rédige actuellement un livre dans le cadre du master Création littéraire de l’université Paris 8 dans lequel elle utilise son expérience personnelle de la maladie pour évoquer sa relation au milieu de l’art. Elle vient de terminer la traduction du recueil de poèmes Bonbons à l’anis de la poétesse argentine Cécilia Pavón, coédité par Brook et Varichon & Cie (Rosanna Puyol et Mona Varichon).

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29