Ana Lupaș

1940 | Cluj-Napoca, Roumanie
Informations
Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

© Photo : M. Lupaș

Soutien
— P420 Art Gallery

Plasticienne roumaine.

Descendante d’une famille de l’intelligentsia roumaine transylvanienne qui subit les purges politiques des années 1950, Ana Lupaș obtient son diplôme à l’Institutul de Arte Plastice Ioan-Andreescu à Cluj-Napoca en 1962. Son œuvre, fortement influencée par sa région d’origine, est intimement liée aux rythmes spécifiques et à l’ordre social intégratif du monde rural, avec ses rites ancestraux et ses pratiques de la vie quotidienne. Cette adhésion aux traditions paysannes immémoriales joue de ce fait un rôle crucial dans l’interprétation de la pratique multiforme d’A. Lupaș, et doit être comprise à la fois comme une prémisse, un environnement formateur et un champ de références qui occupe un aspect central dans son art.
A. Lupaș bénéficie d’une première reconnaissance internationale lors de ses participations à la Biennale internationale de tapisserie de Lausanne en 1969 et 1971, où son travail est exposé à côté de celui d’une nouvelle génération d’artistes d’Europe de l’Est, notamment Magdalena Abakanowicz (1930-2017), Jagoda Buić (née en 1930) et Ritzi Jacobi (née en 1941), dont les œuvres engagent un dialogue conceptuel avec la dimension sculpturale et immersive du textile. Cependant, la pratique d’A. Lupaș ne peut être limitée à une telle spécificité du médium ; elle doit plutôt être envisagée comme une démarche continue visant à faire radicalement évoluer notre compréhension de la place de l’art et de l’expérience que nous en faisons. Sa série Flying Carpets, présentée aux Biennales de Lausanne, donne un avant-goût de la transition rapide, dans ses créations, de la surface bidimensionnelle des tissus à l’objet tridimensionnel, auquel elle intègre de surcroît un potentiel performatif.

Des œuvres telles que The Solemn Process (1964-2008), Humid Installation (1970) et la série Coats (1962-1964) – Coat for Reaching the Sun, Coat for Reaching Heaven et Coat for Reaching the Purgatory –, comme l’installation en plein air Heaven (1972), traduisent toutes un mode de perception complexe de l’espace et de la temporalité, ainsi qu’une grammaire systémique et méticuleuse intimement liée à une vision anthropologique des gestes éternels. La volonté d’A. Lupaș de convertir ces gestes, de les transfigurer au moyen de la pratique artistique et de les incarner symboliquement et éthiquement la pousse à en explorer la simplicité essentielle et processuelle. Son intérêt profond pour l’idée d’une « transmission » présente dans chaque action humaine, y compris dans ses manifestations sociales et rituelles, est amplifiée dans son œuvre fondatrice Humid Installation, mise en scène en 1970 dans le village de Mărgău avec le concours de ses 100 habitants. L’intention artistique de l’installation donne une nouvelle fonction et une nouvelle connotation à l’activité domestique qui consiste à étendre le linge. Des dizaines de rangées de linge blanc suspendu à des fils sont alignées à flanc de colline et en modulent ainsi l’espace. Ici, l’objectif d’A. Lupaș est de multiplier à l’infini le geste artistique afin de le préserver, tout comme les traditions sont transmises d’une génération à la suivante.

Avec l’itinérance de l’exposition de la Biennale de Lausanne en 1971 à la galerie nationale d’art Zachęta à Varsovie et la participation de l’artiste à la Biennale de Paris en 1973, la carrière d’A. Lupaș connaît une ascension fulgurante sur la scène internationale. Sa pratique s’oriente plus tard vers un processus de conservation et de restauration de ses travaux de jeunesse. Ce processus se traduit, notamment dans le cas de son installation performative à long terme The Solemn Process, par une série de dessins et de contenants en métal sculpté qui entourent les structures en forme de couronnes qu’elle a créées par le passé avec les habitants de Mărgău. L’intérêt prolongé d’A. Lupaș pour la conservation est lié à sa décision d’arrêter de produire de nouvelles œuvres dans les années 1980 et donne naissance à un processus d’autohistoricisation, à une conceptualisation de nouvelles solutions qui offrent un cadre différent au geste artistique initial. Ses œuvres figurent dans plusieurs collections internationales, notamment celles du musée central des Textiles de Łódź, du musée Ludwig de Budapest, du musée national d’Art moderne – Centre Georges-Pompidou à Paris, de la Tate Modern à Londres et du Muzeul de Artă Vizuală de Galați en Roumanie.

Lire plus

Alina Șerban

Traduit de l'anglais par Lucy Pons.

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Coat for reaching the Heaven, 1962-1964, différents tissus, fil, diamètre 110 cm, Courtesy Ana Lupaș & P420, Bologne

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Coat for reaching the Sun, 1962-1964, différents tissus, fil, 70 x 90 cm, Courtesy collection particulière, Londres

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Humid Installation, 1970, performance, Courtesy Ana Lupaș

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Humid Installation, 1970, deux photos imprimées sur papier (imprimées dans les années 1970), texte original de l’artiste, rouleau de tissu original, 70 x 100 cm chacune et 50 x 720 cm, Courtesy collection particulière, Italie, © Photo : C. Favero

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Humid Installation, 1970, quatre photographies couleur (imprimées dans les années 1970), 40 x 61,5 cm chacune, 80 x 123 cm au total, Courtesy collection particulière, Roumanie, © Photo : C. Favero

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Identity shirt, first generation, 1969, dessin cousu à la machine à coudre, 49 x 63 cm, Courtesy Ana Lupaș & P420, Bologna, © Photo : C. Favero

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Identity shirt, second generation, 1969, tissus divers, fil, crayon, encre, 53,2 x 46,2 cm, Courtesy collection particulière, Suisse, © Photo : Mark Blower

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, Machine for flying through the woods, 1973, divers matériaux, 265 x 201 x 30 cm, Courtesy the artist and P420, Bologne

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, The Solemn Process, 1964, impression offset, 100 x 70 cm, Courtesy Ana Lupaș & P420, Bologne

Ana Lupaș — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Lupaș, The Solemn Process, 1964-1974, 1980-1985, 1985-2008, acier, paille, treillis métallique et 2 impressions numériques sur vinyle, © Tate

Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29