Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Ana Maria Pacheco

1943 | Goiânia, Brésil
Informations
Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Courtesy Ana Maria Pacheco

Soutien
— Pratt Contemporary

Sculptrice, peintre et graveuse brésilienne.

Après l’obtention de son diplôme de beaux-arts et de musique à l’université catholique locale, Ana Maria Pacheco y enseigne durant plusieurs années. Son œuvre, reconnue comme un condensé remarquable d’histoire, de mythe, de folklore, de « haute culture » et d’humour, s’invite à la Biennale de São Paulo de 1971 en tant qu’approche pertinente des questions identitaires déterminantes dans la production artistique brésilienne depuis les années 1920. En 1973, grâce à une bourse pour la Slade School of Fine Arts, elle échappe aux « Années de Plomb » de la dictature en vigueur. Sa plus grande influence vient d’Antonio Francisco Liboa, dit O Aleijadinho (1738-1814), figure de la statuaire religieuse du baroque brésilien, dont la technique (la taille du bois polychrome), la composition théâtrale (les groupes sculptés au service d’un récit) et l’usage d’éléments issus de cultures diverses (cheveux et dents naturalistes rappelant les masques rituels indigènes et africains) caractérisent la sculpture d’A. M. Pacheco. Les corps compacts et les visages expressifs des personnages peuplant ses gravures et ses peintures partagent le hiératisme et l’énorme force psychologique des groupes sculptés de l’Aleijadinho.

L’œuvre de cette artiste engagée et humaniste, dont les sujets sont universels, entretient des rapports complexes avec de multiples traditions littéraires. Ainsi, dans The Longest Journey (« le voyage le plus long », 1994), dix personnages sur un bateau plus grand que nature sont le double imagé du poème « The Ship of Death » de D. H. Lawrence, d’un vers duquel le titre est repris. En 1997, en résidence à la National Gallery, l’artiste réalise Dark Night of the Soul (« nuit obscure de l’âme »), une sculpture dialoguant avec une œuvre de la collection du musée : Le Martyre de Saint Sébastien de Antonio and Piero del Pollaiolo (vers 1443-1496), qu’elle choisit pour sa ressemblance formelle avec une pièce de photojournalisme brésilien documentant l’exécution d’un bandit. Par cet écho, elle rend sensible l’universalité de la question des abus de pouvoir, tandis que l’emprunt du titre au célèbre poème mystique de saint Jean de la Croix met l’accent sur l’expérience intime de la victime au-delà des circonstances.

Lire plus

Liliana Padilla

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Dark Event VII, 2007, gravure pointe sèche, 68 x 60,7 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Some Exercise of Power, detail, 1980, bois polychrome, base en pierre de york, 182 x 280 x 185 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, The Longest Journey, detail, 1994, bois polychrome, feuille d’or, 320 x 335 x 975 cm, installation at Salisbury Cathedral, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Land of No Return, detail, 2002, bois polychrome, feuille d’or, base en ardoise, 193 x 540 x 660 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, The Longest Journey, 1994, bois polychrome, feuille d’or, 320 x 335 x 975 cm, installation at Salisbury Cathedral, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, In Illo Tempore VIII, 1994, huile sur gesso, 260 x 175 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Tales of Trust and Betrayal III, 2008, pastel à l’huile et feuille d’or sur papier, 53 x 45 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Shadows of the Wanderer, detail, 2008, bois polychrome, 260 x 390 x 605 cm, installation at Norwich Cathedral, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Shadows of the Wanderer, detail, 2008, bois polychrome, 260 x 390 x 605 cm, installation at Norwich Cathedral, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, An Ancient Dark Night Descended Upon My Soul II, 2010-2012, gravure pointe sèche, 99,7 x 75,7 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Enchanted Garden, 2011-2015, relief en albâtre polychrome, 30 x 25 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Homage to Neruda XI, 2013, monotype couleur, 54,6 x 69 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, Study of head (John the Baptist III), 1992, bois polychrome, 31,8 x 50,8 x 74 cm, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Ana Maria  Pacheco — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ana Maria Pacheco, The Banquet, 1985, bois polychrome, 183 x 400 x 250 cm, dimensions variables, © Ana Maria Pacheco. Tous droits réservés 2017/ Bridgeman Images

Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29