Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Catherine Sullivan

1968 | Los Angeles, États-Unis
Informations
Soutien
— Catherine Bastide Gallery

Artiste visuelle américaine.

L’œuvre de Catherine Sullivan utilise des éléments de la culture, du théâtre, du cinéma, de l’anthropologie et de la danse (en particulier Yvonne Rainer) pour composer des pièces qui n’appartiennent à aucun champ spécifique, mais qui trouvent leur pertinence dans le contexte des arts visuels. À travers ses textes et la complexité de son approche formelle et conceptuelle, qui l’entraîne du côté de Kafka, de Lynch, du film noir, du cinéma d’avant-garde, de l’univers de Bruce Nauman ou de Mike Kelley, sa démarche comporte aussi une valeur purement théorique. Actrice de formation, C. Sullivan utilise le théâtre pour travailler sur la question de la représentation au-delà des conventions modernistes, sur les notions de rôle, d’interchangeabilité (des sujets), de masque. Dans une de ses premières grandes installations vidéo, Gold Standard (hysteric, melancholic, degraded, refined), datant de 2001, elle s’empare d’une séquence du film d’Arthur Penn Miracle en Alabama (1962) : creusant la question du langage (celui qui manque à l’héroïne du film, aveugle et muette), elle produit une chorégraphie étrange, entre le documentaire et le sketch burlesque, où le corps, alternativement hystérique et mélancolique, est ramené à une sorte d’instrument primitif, en prise avec différentes forces de normalisation, de répression, d’éducation, de pouvoir.

L’idée du pouvoir, de la contrainte et de ses codes, revient sans cesse dans son œuvre. Ainsi, les employés de bureau et les marines qui se rencontrent dans The Chittendens (2005) sont réduits à des situations à la fois stéréotypées et absurdes, dans lesquelles les gestes quotidiens se transforment en chorégraphies répétitives. Les réalisations de C. Sullivan relèvent d’une incroyable maîtrise des mouvements de caméra, de la composition de l’image, du montage et de la direction d’acteurs, mais elles sont aussi totalement privées de toute dimension charnelle ou émotionnelle. À l’opposé des méthodes de l’Actors Studio, qu’elle se plaît parfois à parodier, elle entraîne ses personnages vers une forme de désincarnation. Pris dans le réseau d’un répertoire précis et restreint de gestes, d’attitudes, de décors et de situations, l’acteur est dépossédé de lui-même, privé d’expressivité, et chacun de ses écarts traduit l’inquiétude d’une étrange pathologie.

Lire plus

Stéphanie Moisdon

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, en collaboration avec George Lewis, Charles Gaines and Sean Griffin, Aflterwords via Fantasia, 2015, installation, techniques mixtes, vidéo monocanal, couleur, son, © Catherine Bastide Gallery

Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, The Chittendens, 2005, installation vidéo à 6 canaux transférée à partir d’un film 16 mm 2/4’, noir et blanc/couleur, son, capture d’écran, © Catherine Bastide Gallery

Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, The Chittendens, 2005, installation vidéo à 6 canaux transférée à partir d’un film 16 mm 2/4’, noir et blanc/couleur, son, capture d’écran, © Catherine Bastide Gallery

Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, The Startled Faction (a sensitivity training), 2018, vidéo anamorphique, couleur, son, 34’, vue d’installation, Metro Pictures, New York, © Catherine Bastide Gallery

Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, en collaboration avec Sean Griffin, Dylan Skybrook et Kunle Afolayan, Triangle of Need (Chicago), 2007, projection à 3 canaux, film 16mm transféré sur support numérique, noir et blanc, son, 19’32’’, © Catherine Bastide Gallery

Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, en collaboration avec Sean Griffin, Dylan Skybrook et Kunle Afolayan, Triangle of Need (vizcaya), 2007, projection de canal, film 16mm transféré sur support numérique, noir et blanc/couleur, son, 31’36’’, © Catherine Bastide Gallery

Catherine Sullivan — AWARE Women artists / Femmes artistes

Catherine Sullivan, Valérie Snobeck, Limited Good 3, 2013, vue d’installation, Galerie Catherine Bastide, Frieze New York, © Catherine Bastide Gallery

Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29