İnci Eviner

1955 | Polatlı, Turquie
Informations
Soutien
— İnci Eviner

Plasticienne turque.

İnci Eviner a suivi des études de peinture à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul. Elle a toujours utilisé le dessin comme base formelle et conceptuelle de son travail. Sa pratique artistique, qui s’étend sur quatre décennies, laisse la part belle à une constellation de superpositions, de plus en plus complexes, d’objets, de sons, de performances, de vidéos et de situations, exposées sous l’aspect de structures architecturales évocatrices de la dimension labyrinthique de ses dessins.
L’exploration du sujet en tant qu’entité perméable et en perpétuelle évolution a conduit l’artiste à creuser la question de la nature délicate de la représentation. L’examen minutieux du corps féminin au sein de sa pratique découle d’un regard ambigu qui compose constamment avec l’imminence de la mort, construisant une structure fragile sur laquelle reposent ses tissages d’images et de marquages. İ. Eviner remet en cause l’impression de familiarité par un bouleversement perpétuel de la forme. Le caractère autonome de son univers visuel révèle le courage requis pour témoigner du monde aujourd’hui.

À l’occasion de la XIIIe Biennale d’Istanbul, quelques mois après les manifestations du parc Gezi en 2013, İ. Eviner travaille en collaboration avec un groupe de 40 étudiants et étudiantes en école d’art sur un projet de performance-recherche. Celui-ci se déroule sur une scène qu’elle fait construire à la Galata Greek School, et le public peut l’observer d’une mezzanine (Co-Action Device, 2013). L’artiste, qui est également enseignante, souligne cet aspect hybride de son travail en créant un cadre au sein duquel la recherche s’effectue par sections semi-perméables, issues d’une volonté réfléchie d’envisager le coapprentissage comme une performance, comme une façon d’ouvrir à tous et à toutes un espace partagé.
Sa vidéo Harem (2009) met en jeu une vision fétichisée de l’Orient et l’espace clos du harem en dissolvant la représentation des gestes, des mouvements et des corps, qui semblent bouger de manière compulsive. Son traitement des différents niveaux d’un dessin d’Antoine-Ignace Melling, Scènes de la vie quotidienne à l’intérieur du harem (1804), déconstruit la conception cartésienne d’un espace fantasmé et porte en son sein une tension entre l’imaginaire et la figuration picturale que la plasticienne cherche à analyser dans ses œuvres. La vidéo, diffusée en boucle, prolonge les mouvements et leurs traînées spectrales, accentuant ainsi l’écart entre vision et connaissance.

En 2019, İ. Eviner représente la Turquie à la Biennale de Venise avec son installation We, Elsewhere, qui prend pour point de départ l’essai de Hannah Arendt Nous autres réfugiés (1943). L’artiste s’intéresse à l’idée de H. Arendt selon laquelle nous sommes en train de perdre en spontanéité dans notre rapport au monde. Elle travaille avec des danseur·euse·s et des musicien·ne·s afin de créer un espace entièrement immersif sur plusieurs niveaux d’architecture et, ce faisant, attire l’attention sur la mise en scène intrinsèque de la structure d’un pavillon national. Elle explore la capacité de chaque individu de fusionner en certains points avec le collectif, et délinée cet espace à l’aide d’images et d’objets animés par le potentiel transformateur de la présence du public.
Les œuvres d’İ. Eviner figurent dans le fonds de nombreuses institutions, dont la galerie Arter et le musée d’Art moderne d’Istanbul, le musée national d’Art moderne – Centre Georges-Pompidou à Paris, le Solomon R. Guggenheim Museum à New York et TBA21 à Vienne.
Une rétrospective de son œuvre, Who’s Inside You?, a été organisée au musée d’Art moderne d’Istanbul en 2016. Parmi ses expositions individuelles, citons Harem à la Whitechapel Gallery, à Londres (2009) ; Broken Manifestos, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris (2011), et Runaway Girls au Drawing Center, à New York (2015).

Lire plus

Merve Ünsal

Traduit de l'anglais par Lucy Pons.

© Archives of Women Artists, Research and Exhibitions
İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Beuys Underground, 2017, capture de vidéo, installation vidéo 4K, 2’40’’, Courtesy Sharjah Art Foundation, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Baby Woman, 2005, encre sur papier, 153 x 113 cm, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Birdmind-3, 2017, sérigraphie et encre sur papier, 140 x 108 cm, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Broken Manifestos, 2010, 3 canaux vidéo HD, boucle de 3 minutes, installation sonore à 6 sorties, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Harem, 2009, canau simple, vidéo HD, boucle de 3 minutes, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Islamic Grader, 2007, acrylique and sérigraphie sur toile, 220 x 320 cm, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Parliement, 2010, canau simple, vidéo HD, boucle de 3 minutes, 2 sorties de son, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, Reenacment of Heaven, 2018, vidéo 4K, 2 canaux vidéo HD, boucle de 4 minutes, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, We, Elsewhere, 2019, structure architecturale, design sonore, vidéo, dessins, Pavaillon turque de la Biennale de Venise, © İnci Eviner

İnci  Eviner — AWARE Women artists / Femmes artistes

İnci Eviner, We, Elsewhere, 2019, structure architecturale, design sonore, vidéo, dessins, Pavaillon turque de la Biennale de Venise, © İnci Eviner

Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29