Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Inji Efflatoun

19241989 | Le Caire, Égypte
Informations
Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun dans son studio à Hassan Sabry St., Zamalek, Le Caire, Égypte, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Soutiens
— Barjeel Art Foundation — Safarkhan Gallery

Peintre égyptienne.

Inji Efflatoun naît en 1924 au sein d’une famille aisée de l’aristocratie francophone du Caire. Sa mère, divorcée, ouvre la première boutique de confection textile dirigée par une femme. Inji Efflatoun suit une éducation catholique stricte avant d’intégrer le Lycée français du Caire, où elle se familiarise avec le marxisme. Elle commence à peindre tôt et prend, dès l’âge de quinze ans, des cours avec Kamel el-Telmissany, l’un des représentants du surréalisme égyptien. Le peintre l’introduit au sein du mouvement « Art et Liberté », groupe d’artistes et d’intellectuels d’orientation communiste et anti-impérialiste qui met en œuvre les procédés de création surréalistes, une influence perceptible dans les premières œuvres de l’artiste.
Au sein d’« Art et Liberté », Inji Efflatoun affirme ses positions politiques. Elle s’engage au début des années 1940 dans une activité de militantisme intense qui durera près de quinze ans. L’une des premières femmes à étudier dans la section artistique de l’Université du Caire, elle participe en 1945 au lancement de la Ligue des jeunes femmes des universités et des instituts, qui défend une ligne de gauche anti-coloniale et milite en faveur de l’égalité hommes-femmes. Brièvement enseignante puis journaliste, elle publie plusieurs manifestes et participe, aux côtés d’un petit groupe d’intellectuelles et de militantes, à de nombreuses actions en Égypte et en Europe en faveur des droits des femmes et de la paix.

Les années 1950 voient la notoriété d’Inji Efflatoun grandir au sein de la communauté artistique égyptienne et internationale. Son travail est présenté dans le nouveau pavillon égyptien à la Biennale de Venise en 1952 et à la 2e Biennale de São Paolo en 1953. Dans la seconde moitié des années 1950, probablement influencée par sa rencontre avec le muraliste mexicain David Alfaro Siqueiros, elle adopte un style proche du réalisme socialiste. Elle peint des portraits des fellahin, les paysans sans terre égyptiens, et revient sur plusieurs épisodes violents de l’occupation anglaise, notamment dans l’encre sur papier du Massacre de Dinshaway (années 1950). Les activités politiques qu’elle continue de mener clandestinement conduisent à son interpellation en 1959 par les forces de Nasser lors d’une vague d’arrestations visant les communistes. Elle est emprisonnée durant plus de quatre ans dans un camp tenu secret.

De sa libération en 1963 à son décès en 1989, Inji Efflatoun se consacre à la peinture et participe de manière sporadique à la vie politique du pays. Elle expose en Égypte et en Europe, et devient une figure respectée du monde de l’art. Son intérêt pour la classe ouvrière continue de se manifester dans de nombreux paysages et scènes de la vie rurale. Son style se fait plus contemplatif, avec une grande importance donnée à la réserve, qu’elle appelle « lumière blanche ».

L’œuvre pictural et l’héritage militant d’Inji Efflatoun, documentés par ses écrits et mémoires, appartiennent à l’histoire moderne de l’Égypte et ont été largement diffusés dans le monde arabe. Une partie de sa production est visible au Musée d’art moderne du Caire. Mal connu en Europe, son œuvre a bénéficié d’un regain d’intérêt ces dernières années, et plusieurs expositions lui ont été consacrées. Elle fait aujourd’hui l’objet d’écrits et d’études universitaires en Europe et aux États-Unis.

Lire plus

Sophie Gayerie

© 2017 Archives of Women Artists, Research and Exhibitions

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Loom, 1955, huile sur toile, 65 x 79 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Tarqab (expectation), c. 1940, encre sur papier, 12 x 21 cm, Courtesy Barjeel Art Foundation

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Mathbahat Dinshaway (the Dinshaway Massacre), c. 1950, encre sur papier, 63,5 x 49,3 cm, Courtesy Barjeel Art Foundation

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Sold Fisherman, 1958, huile sur toile, 67 x 42 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Donshway, 1958, huile sur bois, 91 x 62 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Memories Room, c. 1959, huile sur toile, 50 x 50 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Portrait of a Prisoner, c. 1960, huile sur toile, 29 x 41 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Portrait of a Fellaha, c. 1960, huile sur toile, 50 x 70 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Aswan Rocks, 1965, huile sur toile, 70 x 50 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Cows between Palm Trees, 1966, huile sur toile, 50 x 70 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Landscape, 1966, huile sur bois, 28 x 33 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Soldier (Fedayeen), 1970, huile sur toile sur bois, 79 x 34 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Inji Efflatoun — AWARE Women artists / Femmes artistes

Inji Efflatoun, Martyrs Procession, huile sur toile, 100 x 57 cm, Courtesy Safarkhan Art Gallery

Magazine
Article lié
Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29