Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Rosemarie Trockel

1952 | Schwerte, Allemagne
Informations

Plasticienne allemande.

Souvent figurative, l’œuvre de Rosemarie Trockel, très référencée, possède de multiples niveaux de lecture parfois difficiles à appréhender. Elle suit pourtant une même ligne : critiquer les représentations et faire apparaître leur décalage avec la réalité ; rendre visibles les hiérarchies sociales et artistiques implicites, et en montrer la nature dérisoire. Dessins, sculptures, installations, films : dès ses débuts dans les années 1980, sa pratique est extrêmement variée. Elle ironise autant sur la société de consommation que sur les représentations artistiques ou sexuelles. Ainsi, le tricot tendu sur toile, Cogito, ergo sum (1988), reprend deux affirmations triomphantes dans l’histoire de la pensée : d’une part la citation de Descartes, d’autre part le carré noir de Malevitch ; en les juxtaposant, elle révèle leur point commun : être énoncées par des hommes en position dominante dans la société. Simultanément, par la technique du tricot, elle met à mal cet ego masculin surdimensionné, et redonne au féminin la place complémentaire, et souvent oubliée, qui permet au masculin d’exister. Dans toute son œuvre, c’est bien un point de vue féminin que revendique R. Trockel. Elle s’interroge sur les différences entre une création qui serait considérée comme noble et une autre, secondaire, qui relèverait de l’ornement. C’est d’ailleurs dans une école d’arts appliqués, la Werkkunstschule de Cologne, qu’elle a suivi sa formation artistique entre 1974 et 1978. La question du décor traverse son œuvre, jusqu’au dessin intitulé Ornement (2000) : un corps masculin est présenté dans une pose contorsionnée qui projette au centre de la composition ses organes sexuels ; la question de l’ornement se charge ici d’érotisme et de violence, loin de ses connotations habituelles.

C’est à partir de 1984, dans un contexte artistique de retour à la peinture, qu’elle se fait connaître avec ses tableaux de laine. Sigle Woolmark, lapin de Playboy, faucille et marteau ou croix gammée, a priori riches de sens, sont répétés à l’infini. La décontextualisation et la réitération leur ôtent tout contenu et les érigent, selon l’expression de Peter Weibel, en « logos », seul statut accordé aux représentations dans notre société de l’image. Simultanément, les œuvres se démarquent de la logique de production de masse, puisque ce sont des machines à tricoter contrôlées par ordinateur, qui réalisent les modèles donnés par R. Trockel : la mécanique produit des uniques. Ces tableaux se réfèrent à l’art du XXe siècle : l’œuvre de Niele Toroni pour la répétition méthodique du motif régulier, ou celui d’Andy Warhol pour la démultiplication d’images pop. Ils trouvent un prolongement dans la fabrication de vêtements de laine : pull-overs à deux ouvertures pour la tête, passe-montagnes. À partir de 1987, R. Trockel s’empare d’un autre symbole du statut social traditionnel de la femme : la plaque chauffante ; matérialisant sans ambigüité l’activité de la femme au foyer, elle est détournée de son usage, présentée à la verticale dans des compositions qui évoquent l’art minimal ou l’op art. Le contraste est alors saisissant entre la fonction calorifique de l’objet et la froide rigueur de sa présentation. Contraste encore accentué lorsque, d’outil, la plaque se fait fragment de l’anatomie féminine, évoquant à la fois la poitrine de la femme et le fameux Prière de toucher de Marcel Duchamp (Sans titre, 1993). La question du portrait est essentielle dans l’œuvre de R. Trockel ; elle y introduit, encore, le décalage qui l’intéresse : ici, le modèle portraituré est un singe, à l’expression pourtant si humaine (Sans titre, 1985) ; là, la représentation de chaque membre de sa propre famille se révèle, après analyse, un commentaire général sur les découvertes de Freud (Gipsmodelle + Entwürfe, [modèles en plâtre + dessins], 1994-1995) ; ailleurs, ce sont des doubles portraits au crayon ou à la photocopieuse, qui assemblent les genres et les connotations. Ainsi, elle unit son propre visage à celui de son ami Andreas Schulze en 1992 ; en 1993, dans la série B. B., ce sont les traits de Brigitte Bardot, symbole de la libération sexuelle, qui se mêlent à ceux de Bertolt Brecht, aux multiples relations amoureuses. R. Trockel a représenté l’Allemagne en 1999 à la Biennale de Venise.

Lire plus

Carole Benaiteau

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Alice in Wonderland, 1995, sérigraphie sur papier Rives, 101 x 80 cm, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Cutting Pattern, 1994, gravure couleur à l’eau-forte sur papier Rives, 50,1 x 50,9 cm, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Dream, 1989, bois, métal, papier, 38,7 cm de haut, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, She Came to Stay, 2001, sérigraphie offset et fluorescente sur papier, 52 x 40 cm, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Shutter (c), 2006, poterie en grès, vernis rouge, 80,1 x 61,7 x 4,9 cm, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Untitled (Mouth Sculptures), 1989, chewing-gum en plaqué argent monté sur panneau de bois, brochure, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Untitled, 1986, laine noir et blanche, 36,8 x 36,8 cm, Rubell Family Collection, Contemporary Arts Foundation, Miami, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Untitled, 1989, offset lithographie sur papier vélin blanc, 34,3 x 39,1 cm, The Harvard Art Museums, © ADAGP, Paris

Rosemarie Trockel — AWARE Women artists / Femmes artistes

Rosemarie Trockel, Untitled, 1998, impression sérigraphiée et floquée sur papier, Smithsonian Design Museum, © ADAGP, Paris

Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29