Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Raymonde Arcier

1939 | Bellac, France
Informations
Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Courtesy Raymonde Arcier

Soutien
— Raymonde Arcier

Plasticienne française.

Active au sein du mouvement féministe dès ses débuts, Raymonde Arcier, employée de bureau et autodidacte, reprend des études de sociologie à l’université de Vincennes et réalise, dès 1970, ses œuvres les plus marquantes, en crochetant de la laine, du coton, en tricotant du métal – chaque ouvrage pouvant nécessiter une année de travail. À travers le détournement de cet apprentissage culturel féminin, elle évoque avec humour son enfermement social, cherchant, selon ses propres mots, à « porter à la connaissance de tous l’immense labeur des femmes » ; quant aux sacs des ménagères, elle tente d’« illustrer le temps, l’énergie, l’argent, la fatigue, le plaisir passés à les remplir, à les vider ; à les vider, à les remplir ».

Parmi ses sculptures monumentales figurent Faire ses provisions (1971), vastes sacs à provisions importables en ficelle de nylon tricotée au point mousse, Héritage (Les Tricots de ma mère, 1972-1973), un immense pull immettable réalisé en laine crochetée doublée de toile de jute, Paille de fer pour ca(sse)role, 1974-1975, une éponge à récurer de 1 mètre de diamètre pesant 7 kilos. Afin de s’en libérer, de le faire reconnaître et de le partager, elle traite le labeur ménager sur le mode du gigantesque, du décalé et du démesuré, à la mesure de l’oppression subie, comme dans Au nom du père (1975-1976) qui fait la une de La Revue d’en face, en mars 1979 : une immense femme occupe l’espace d’exposition, bien campée sur ses deux jambes et les bras écartés en croix, crucifiée aux tâches ménagères et sexuelles. Dans la même veine, elle réalise Mère et petite mère (1970) et Jeu de dame (1971), une tapisserie composée de l’agencement en carré de huit serpillières sales et huit serpillières propres, devenue une œuvre d’art abstraite, née de ce quotidien tellement décrié. Tout en poursuivant ses activités professionnelles, R. Arcier s’est ensuite consacrée à l’écriture et à divers travaux plastiques, notamment des peintures et des collages.

Lire plus

Fabienne Dumont

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Au nom du père, 1977, toile de jute, kapok, mousse de polyester, coton au crochet, coton et cuivre au point mousse, 265 cm de haut, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Masque, non daté, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Le torchon brûlé, 1971, revue que Raymonde Acier publie avec d’autres femmes, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Le tricot, 1970, charpie au point mousse, 270 x 130 cm, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Mère et petite mère, 1970, kapok et tissus, 260 x 180 cm, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Vous reproduire, vous êtes-vous regardés ?, 1974, collage, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Faire ses courses, 1971, nylon, skai, plastique, 150 cm, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Paille de fer pour ca(sse)role, 1974, Ø 1m, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Portrait de famille, non daté, collage, Courtesy Raymonde Arcier

Raymonde Arcier — AWARE Women artists / Femmes artistes

Raymonde Arcier, Maniaquerie, 1978-1979, charpie d’un drap de lit, fait au crochet, Courtesy Raymonde Arcier

Découvrir
Thème lié
Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29