Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Hannah Wilke

19401993 | New York, États-Unis
Informations
Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke avec Model for a Room Sculpture, 1978 , HWCALA © Scharlatt VAGA, NY / ADAGP Paris

Soutien
— Estate Hannah Wilke

Plasticienne et performeuse américaine.

Formée à la Tyler School of Art de Philadelphie, considérée comme une pionnière parmi les artistes féministes conceptuelles, Hannah Wilke compose une œuvre faite de sculptures, dessins, collages, photographies, vidéos, performances et installations. Elle se fait connaître dans les années 1960 par ses représentations de vulves, petites sculptures en terre cuite qu’elle déclinera par la suite, parfois à grande échelle, dans d’autres matériaux tels que gommes mie de pain, gomme, céramique et porcelaine, dans de vastes installations. Elle crée aussi des sculptures murales en latex de grand format. Une grande partie de sa démarche s’appuie sur le retour obsessionnel et exacerbé de sa propre image, en écho aux représentations féminines dans l’art et dans les médias de cette époque. SOS Scarification Object Series (1974-1982) est constitué d’une série de photographies insérées dans une grille, dans lesquelles l’artiste prend des poses glamour, provocantes et artificielles, inspirées par l’imagerie de la mode, qui sont des réponses immédiates à la marchandisation massive des corps des célébrités – souvent féminines – utilisés pour stimuler le désir du consommateur. Sa peau est recouverte de petits bouts de chewing-gum mâchés en forme de vagins puis collés. La structure de la grille rappelle la manière dont Andy Warhol encadrait ses images de stars, reproduites en série comme autant de produits.

Parmi ses réalisations marquantes figurent Hello Boys (1975), la captation d’une performance réalisée à la galerie Gerald Piltzer à Paris : derrière la vitre d’un grand aquarium, l’artiste, nue, se livre à un répertoire de postures érotiques sur fond de musique rock, suggérant la figure mythologique de la sirène, à la fois sexuellement envoûtante et vulnérable. Cette double stratégie de surexposition et de transparence trouve son aboutissement avec Through the Large Glass (1976), où l’artiste se joue des codes – et de l’histoire de l’art et de la mode –, son style vestimentaire rappelant celui des icônes d’Helmut Newton ou d’Yves Saint Laurent dans les années 1970. Filmée à travers Le Grand Verre de Marcel Duchamp au musée de Philadelphie, elle se livre à un strip-tease, adopte des attitudes sexualisées et décline avec une certaine absurdité tous les schémas de la représentation glamour. Atteinte d’un lymphome dans les années 1990, elle transforme activement son vécu souffrant en l’image d’un exosquelette blessé, où des marques réelles ainsi que des signes construits autour de sa douleur sont exhibés sur son corps et par lui. Par cette transformation, H. Wilke parvient à exprimer une position critique face aux préjugés culturels qui sont rattachés à (l’image de) sa maladie. Elle laisse deux œuvres posthumes, Intra-Venus (1994), recueil de photographies prises par un système de « performalist self-portraits », le terme inventé par H. Wilke pour les œuvres où elle a demandé à d’autres de la photographier, et l’installation vidéo Intra-Vénus Tapes (1994), dépeignant toutes deux sa lente dégradation physique.

Lire plus

Stéphanie Moisdon

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, S.O.S. Starification Object Series, An Adult Game of Mastication (Mastication Box), 1974-1975, papier, carton, gomme, Plexiglas, épreuves gélatino-argentiques, Centre Pompidou, Paris © Scharlatt © VAGA, New York, 2016 © ADAGP Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, S.O.S. Starification Object Series, 1974-1982, épreuves gélatino-argentiques avec sculptures en chewing gum, 101,6 x 148,6 x 5,7 cm, Museum of Modern Art, NY, © Scharlatt / VAGA, New York, 2016 © ADAGP Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, Needed-Erase-Her, 1974, gommes de mie de pain sur contreplaqué, 45 x 300 cm Centre Pompidou, Paris © Scharlatt © VAGA, New York, 2016 © ADAGP, Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, Hello Boys, 1975, (still), vidéo (noir et blanc, son), 12’ © Scharlatt © VAGA, New York, 2016 © ADAGP Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, Ponder-r-rosa 4, 1976, latex, 43,2 x 66 x 14,6 cm chaque, dimensions de l’ensemble : 172,7 x 635 x 14,6 cm, Museum of Modern Art, © Scharlatt © VAGA, New York, 2016 © ADAGP Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, Sweet Sixteen, 1977, HWCALA, © Scharlatt © VAGA, New York, 2016 © ADAGP Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, So Help Me Hannah, 1979, HWCALA, © Goddard

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, Through the Large Glass, 1977, capture d’écran du film de la performance HWCALA © Scharlatt © VAGA, New York, 2016 © ADAGP, Paris

Hannah Wilke — AWARE Women artists / Femmes artistes

Hannah Wilke, Intra-Venus #6, Februrary 19, 1992, tirage chromogénique, 120,65 x 181,61 cm, HWCALA, © Goddard

Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29