Marjorie Strider

1931Guthrie, États-Unis | 2014Saugerties, États-Unis
Informations

Plasticienne états-unienne.

Marjorie Strider étudie au Kansas City Art Institute puis s’installe à New York au début des années 1960. Avec notamment Rosalyn Drexler (née en 1926), Roy Lichtenstein (1923-1997), Andy Warhol (1928-1987) ou Tom Wesselman (1931-2004), elle participe à la First International Girlie Exhibit à la Pace Gallery de New York en 1964, où elle expose son Green Triptych (1963), trois femmes peintes, en bikini, dont la poitrine apparaît en trois dimensions. Cette œuvre est caractéristique du langage hybride qu’elle crée, jouant savamment de l’ambiguïté entre peinture et sculpture. L’année suivante, celle de son mariage avec l’artiste et écrivain Michael Kirby (1931-1997), une première monographie lui est consacrée dans la même galerie, Girls, Flowers and Vegetables. Suivant le même procédé, les femmes voient leurs lèvres pulpeuses se doter d’un relief réel ; certains petits pois prennent du volume et sortent de la toile.

À partir du début des années 1970, alors très amie avec Claes Oldenburg (né en 1929), l’artiste commence à utiliser, comme lui, du polyuréthane, par exemple dans Soda Box (1973), où la mousse solide semble couler d’une boîte de levure, dans une couleur bleue inattendue qui évoque quelque chose de chimique. Elle conçoit des installations in situ dans la Building Work (1970-1976), où la substance s’échappe des fenêtres ou des portes.
À la fin de sa vie, M. Strider se tourne vers les sujets de ses débuts en les simplifiant, pour amplifier l’absurdité du message, ou en reprenant des icônes de l’art moderne, tel le nu descendant de l’escalier, et en les traitant comme la reproduction d’un motif. L’artiste a produit des œuvres pop tout au long de sa carrière. Rapidement écartée de l’histoire majoritairement masculine du mouvement pop, l’artiste bénéficie d’une nouvelle reconnaissance depuis les années 2000.

Lire plus

Mathilde de Croix

Publication réalisée en partenariat avec le musée d’Art moderne et d’Art contemporain de Nice, dans le cadre de l’exposition She-Bam Pow POP Wizz ! Les amazones du POP (1961-1973).

© Archives of Women Artists, Research and Exhibitions

Marjorie Strider — AWARE Women artists / Femmes artistes

Marjorie Strider, Green Triptych, 1963, acrylique, pin plaqué sur panneaux d’Isorel, 196,6 x 239,9 x 20.3 cm, Courtesy of Hollis Taggart Galleries

Marjorie Strider — AWARE Women artists / Femmes artistes

Marjorie Strider, Green Horizontal, 1964, acrylique, pin plaqué sur panneaux d’Isorel, 62 x 158 x 12.7 cm, Collection particulière

Marjorie Strider — AWARE Women artists / Femmes artistes

Marjorie Strider, Come Hither, 1963, bois sculpté sur isorel, acrylique, 175,3 x 99 x 33 cm, collection paticulière

Marjorie Strider — AWARE Women artists / Femmes artistes

Marjorie Strider, Woman with Radish, 1963, acrilyque sur Isorel, collection particulière

Marjorie Strider — AWARE Women artists / Femmes artistes

Marjorie Strider, Sliced, 1979, moules de bronze peints à l’huile sur gesso à la main, 27,3  x  9,5 x 3,5 cm, collection Albright-Knox Art Gallery, Buffalo, New York

Marjorie Strider — AWARE Women artists / Femmes artistes

Marjorie Strider, Nestle’s Box, 1973, lithographie et acrylique, 53,7 x 68,9 cm, Brooklyn Museum

Découvrir
Thème lié
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29