Sonja Ferlov Mancoba

1911Charlottenlund, Danemark | 1984Paris, France
Informations
Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba à Oigny-en-Valois, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sculptrice danoise.

Sonja Ida Ferlov grandit dans une famille de la classe moyenne au nord de Copenhague. Bien qu’elle ait initialement étudié la peinture à l’Académie royale des beaux-arts de Copenhague, S. I. Ferlov Mancoba (le nom de son mari) est principalement connue pour sa pratique de la sculpture, à laquelle elle s’adonne à partir du milieu des années 1930. Elle privilégie le plâtre, l’argile et, plus rarement, le bronze. Elle pratique également la peinture, le dessin et le collage. Au début des années 1930, S. I. Ferlov Mancoba rejoint le mouvement surréaliste danois et participe à la revue surréaliste Linien (1934-1939). La fascination des surréalistes pour l’inconscient et le pouvoir de l’imagination sont des thèmes centraux dans l’ensemble de son œuvre. L’une des premières sculptures dans laquelle elle explore cette thématique est Levende grene [Branches vivantes, 1935], qui initie une série basée sur des branches ramassées dans la nature. Cette méthode impliquant l’utilisation d’objets trouvés sera une constante au cours de sa carrière, à la fois comme inspiration pour ses sculptures et comme matériau dans ses collages.

En 1936, à l’âge de 25 ans, S. I. Ferlov emménage à Paris, où elle fait l’acquisition d’un atelier et s’inscrit à l’École des beaux-arts. Elle fait la rencontre d’autres artistes, notamment Joan Miró (1893-1983), Max Ernst (1891-1976) et Jean Arp (1886-1966), et son amitié avec Alberto Giacometti (1901-1966) influencera profondément sa pratique. Outre le surréalisme, son œuvre s’inspire également d’une multitude de cultures et d’époques ; elle trouve dans l’artisanat des pays nordiques et de la Grèce antique, ainsi que dans les arts égyptien, précolombien et indonésien, des figures, modes d’expression et matériaux qu’elle intègre à son propre vocabulaire esthétique. On en trouve un exemple dans Maske (Krigens udbrud) [Masque, déclaration de guerre, 1939], qui s’inspire de l’art précolombien et mêle forme humaine et abstraction géométrique.

Dans son atelier parisien, S. I. Ferlov Mancoba conserve une vaste collection d’images, de croquis et de lettres d’amis artistes dans lesquels elle puise l’inspiration qui nourrit son processus créatif – un processus réfléchi, concentré et animé par sa curiosité à l’égard du monde qui l’entoure. L’un des éléments centraux de son œuvre est l’art traditionnel africain, qu’elle découvre dans son enfance grâce à un ami de ses parents, le collectionneur et avocat danois Carl Kjersmeier. S. I. Ferlov Mancoba s’intéresse en effet à la notion d’art en tant que pratique collective et spirituelle, qu’incarne pour elle cette forme d’art. Ainsi, ses multiples représentations de la forme humaine oscillent entre abstraction et figuration, dans un style qui fait écho aux expressions qu’elle observe dans les masques africains. Sa fascination pour l’art africain s’approfondit davantage en 1939 lorsqu’elle rencontre l’artiste sud-africain Ernest Mancoba (1904-2002), qui devient son compagnon et partenaire créatif. Le couple vit et travaille à Paris jusqu’à leur mort, s’inspirant mutuellement dans leurs efforts d’associer de manière pertinente les arts modernes européens et africains.

L’œuvre de S. I. Ferlov Mancoba a fait l’objet de nombreuses expositions, notamment en 2019 avec des rétrospectives à la Galerie nationale du Danemark et au Centre Pompidou.

Lire plus

Sarah Munk Beilin

Traduit de l'anglais par Lucy Pons.

Une notice réalisée dans le cadre du réseau académique d’AWARE, TEAM : Teaching, E-learning, Agency and Mentoring

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Maske (Krigens udbrud) [Mask, Outbreak of War], 1939, bronze et patine noire, 35 x 28 x 13 cm, © Galerie Mikael Andersen and Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Levende grene [Branches vivantes], 1935, assemblage, 18 cm, Collection Museum Jorn, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Skulptur [Sculpture], 1940-1946, bronze, fonte de 1970, Statens Museum for Kunst, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba travaillant sur sa sculpture The Little Careful One, Gudhjem, Danemark, 1951, Photo Johnny Bonne / Ritzau Scanpix, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, The Little Careful One, 1951, bronze, 26 x 31,5 x 26,5 cm, Collection Nasjonalmuseet for kunst, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Figure, 1959, gypse, 109 x 24 cm, Collection Nasjonalmuseet for kunst, Photo Børre Høstland, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Le combattant (Krigeren), 1961, Collection particulière, Photo Anders Sune Berg, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, probablement en 1980, devant son oeuvre Tillid [Confiance], 1963, Photo Det Kongelige Bibliotek, Jiro Mochizuki / VISDA (photo coupée)

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, A l’écoute du silence. Hommage à Steingrim Laursen, 1969, Collection Statens Museum for Kunst, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Squelette de l’esprit, 1984, Collection Statens Museum for Kunst, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Sonja Ferlov Mancoba — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sonja Ferlov Mancoba, Mask og figur, bronze, 96 x 68 x 32 cm, Collection Nasjonalmuseet for kunst, © Galerie Mikael Andersen et Estate Ferlov Mancoba

Magazine
Articles liés
Découvrir
Thèmes liés
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
Villa Vassilieff - 21, avenue du Maine 75015 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29