Lillian Schwartz

1927 | Cincinnati, États-Unis
Informations

Vidéaste états-unienne.

Pionnière de l’expérimentation visuelle assistée par ordinateur (Computer Art), Lillian F. Schwartz réalise dans les années 1970 une série de films abstraits explorant les potentialités formelles d’une technologie dont le langage, encore expérimental à l’époque, laissait entrevoir des perspectives inédites dans l’émergence d’un nouveau régime visuel. Issue d’une famille nombreuse aux origines modestes et exerçant comme infirmière dans le Japon d’après-guerre, l’artiste américaine s’initie au dessin et à la peinture avant de se tourner vers l’art cinétique dans les années 1960. Active sur la scène artistique new-yorkaise où elle côtoie le groupe E.A.T. (Experiments in Art and Technology) et participe à l’exposition The Machine as Seen at the End of the Mechanical Age organisée au MoMA en 1968, elle devient la première artiste femme à intégrer officieusement, la même année, les équipes scientifiques du laboratoire Bell localisé dans le New Jersey.

Associée aux programmateurs Kenneth Knowlton (1931-), pionnier dans l’infographie et Max Mathews (père de la musique assistée par ordinateur), L. Schwartz explore les limites de ce nouveau médium en élargissant ses applications aux propriétés de l’image en mouvement. Conçus à partir d’une palette graphique offerte par cet environnement technologique, ses films 16 mm constituent des expérimentations hybrides à la croisée des nouvelles technologies digitales et des techniques du cinéma d’animation analogique. Générés par ordinateurs, les motifs abstraits sont recadrés, soumis à différents effets et démultipliés à la tireuse optique avant d’être assemblés à la table de montage par l’artiste.

Produit à la suite de ses premières réalisations cinématographiques (Pixillation, 1970 ; UFOs, 1971) remarquées par les milieux scientifiques et artistiques, son film Enigma (1972) constitue une expérience visuelle quasi hallucinatoire. Alors que des motifs abstraits élaborés à partir de formes géométriques élémentaires (lignes, rectangles) se déploient à la surface du plan, cette composition d’inspiration moderniste – rappelant celles de Piet Mondrian (1872-1964) – est progressivement soumise aux effets stroboscopiques du clignotement de l’image (flicker) combinés à des variations chromatiques et aux sonorités électroniques et expérimentales d’une bande sonore signée par Richard Moore. Considérant l’ordinateur comme faisant partie de l’évolution naturelle des outils d’un artiste, L. Schwartz formule à travers ses films les bases d’un nouveau vocabulaire iconographique abstrait – du « pointillisme technologique » pour reprendre ses termes – avec lequel elle interroge les mécanismes physiologiques et psychologiques de la perception à l’ère d’un changement de paradigme technologique.

Lire plus

Jonathan Pouthier

Publication en partenariat avec le Centre Pompidou, dans le cadre de l’exposition Elles font l’abstraction présentée au Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Galerie 1, Paris, du 5 mai au 23 août 2021, sous le commissariat de Christine Macel et de Karolina Ziebinska-Lewandowska (pour la photographie), assistées de Laure Chauvelot. Notice tirée du catalogue de l’exposition publié par les éditions du Centre Pompidou ©Éditions du Centre Pompidou, 2021

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, 2D to 3D, can be viewed with or without 3D Chromadepth glasses, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Lady with hat, 1940, collage, 91,44 x 60,96 cm,© Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Train, 1940, crayon de couleur, 35,56 x 27,94 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, 6 Dwarfs, 1949, huile sur panneau, 60,96 x 25,4 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Landscape, 1952, couches de soie sur huile, 50,8 x 76,2 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Hommage to Leger, 1952, huile sur toile, 60,96 x 45,72 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Time Gehl, 1950’s, collage, 121,92 x 60,96 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Lady with foot, 1962, huile sur toile, 12,7 x 7,62 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Pixillation, 1970, 16 mm, couleur, son, 4’ min, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Homage to Duchamp Nude Ascending Staircase, 1970, sur panneaux,  42,54 x 46,35 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Pictures in a Gallery, 1975, vidéo, 7’ min

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, A-I 108, 1983, huile sur toile, 7,96 x 5,08 cm, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Bronze Tree, 1998, métal, © Lillian F. Schwartz

Lillian Schwartz — AWARE Women artists / Femmes artistes

Lillian F. Schartz, Light boxes, peinture laminée et montée sur boîtes à rayon X, © Lillian F. Schwartz

Magazine
Article lié
Découvrir
Thèmes liés
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
Villa Vassilieff - 21, avenue du Maine 75015 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29