Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Françoise Quardon

1961 | Nantes, France
Informations
Soutien
— Françoise Quardon

Plasticienne française.

Après des études à l’École des beaux-arts du Mans, où sa professeure, Gina Pane, exercera une profonde influence sur sa position d’artiste, Françoise Quardon développe une œuvre inclassable, caractéristique cependant du baroque contemporain et d’une approche littéraire et décorative de la création artistique. Ce travail polymorphe, obsessionnel et souvent autobiographique, se présente sous des formes diverses : objets, installations, sculptures, photographies, dessins, écrits et, plus récemment, vidéos. Ses premières expositions (La Criée, Rennes, 1990 ; chapelle de l’Oratoire, Nantes, 1993 ; Le Creux de l’enfer, Thiers, 2000) présentent un monde domestique fait de lits, de chaises, de guéridons, de lustres, transformés en objets magiques et inquiétants. Robes de mariée ou de princesse, guirlandes lumineuses, animaux hybrides : elle explore le monde des contes de fées et du roman gothique. En 1995, elle présente dans l’exposition Féminin-Masculin, le sexe de l’art, au Centre Pompidou, une installation consacrée à Milena (1896-1944), la compagne de Kafka : La Jupe de Milena. À la chapelle de l’Oratoire de Nantes, elle suspend de grandes cloches de résine transparentes et lumineuses, recouvertes d’ustensiles de cuisine, qui sont, pour elle, des fantômes (Ghost, 1993). Elle crée aussi un parfum, Écume d’amour, pour l’exposition Aimée à jamais, rose de personne, au Centre d’art contemporain de Pouguesles- Eaux. La plupart de ses mises en scène évoquent des récits fantastiques, des histoires d’amour qui finissent mal, mais avec toujours une pointe d’ironie. En 2008, elle fait un voyage au Mexique pour visiter Ciudad Juárez, la ville des femmes mortes, et revient très inspirée par les objets et les rituels de la fête des morts.

Depuis plusieurs années, elle entreprend un immense tatouage sur son corps, qui devient le nouveau support de ses fantasmes. Elle fait dessiner sur sa peau des motifs de fleurs, de dragons, des épées, des roses et des têtes de mort. Invitée par la Manufacture nationale de Sèvres en 2006, elle réalise des armes en porcelaine recouvertes d’inscriptions : l’ensemble Letters Are Weapons sera présenté à l’exposition Contrepoint, au musée du Louvre en 2006. Dans ses vidéos, F. Quardon s’introduit fréquemment dans le récit, sous forme de femme fatale, de rockeuse, de fée ou de sorcière. Un bestiaire fantastique apparaît dans la plupart de ses créations : araignées, serpents, papillons et crapauds. Elle mène aussi un travail d’écriture sur de nombreux supports : ses propres textes ou bien des phrases d’écrivains en anglais ou en français. Son œuvre, que l’on peut qualifier de romanesque féminin, se déploie comme un labyrinthe, avec de multiples voies, comme en témoigne la maquette de l’ouvrage La Ballade des Clamecés (2009), qu’elle a entièrement mis en page et enluminé.

Lire plus

Marie-Laure Bernadac

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Miss Maggot Meat, 2007, commode pyrogravée, arbre et plumes, angelots, scie, cheveux, transparents de caisson lumineux, néon, 180 x 50 x 110 cm, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Baise-moi, 2004, velours brodé, porcelaine et perles, 120 x 50 x 140 cm, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Crâneuse !, 2014, verre soufflé, moulé, 22 x 22 x 18 cm, production : CIAV Meisenthal, Cnap, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Désir, 1990, lits, lucioles, projection de diapositive, métal peint, 300 x 500 x 70 cm, FRAC Alsace, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Etude pour une dentelle « Nursery’ crime », 2005, Cnap, Courtesy Françoise Quardon, © Cnap, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Ghost Estate I (to Mary), 2017, bois, mobilier, lustre, céramiques, 300 x 200 x 130 cm, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Ghost, 1993, résine sur fibre de verre et grillage, carapaces de crabes, tarlatane, mort aux rats, haut-parleurs, bande sonore, 300 x 150 x 120 cm, Centre Georges Pompidou, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Home, 2006, table, jambe de mannequin, bobèches, sécateur en résine, miniatures, 120 x 50 x 90 cm, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Lebenlos [Sans vie], 1983, Cnap, Courtesy Françoise Quardon, © Cnap, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Nursery’s Crime, 2006, dentelle aux fuseaux, fils de soie et de cuivre, 15 x 10 x 12 cm, réalisation : Mylène Salvador-Ros, Cnap, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Rebecca, 2015, faïence fine émaillée, 39 x 55 x 30cm, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Françoise Quardon — AWARE Women artists / Femmes artistes

Françoise Quardon, Santa Frontera, 2009, tirage numérique 1/3, 135 x 90 cm, Courtesy Françoise Quardon, © ADAGP, Paris

Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29