Tsuneko Taniuchi

1946 | Nishinomiya, Japon
Informations
Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Portrait de Tsuneko Tanuichi, Photo Nacása Partners Inc., Courtesy of Fondation d’entreprise Hermès, © ADAGP, Paris 2021

Artiste pluridisciplinaire franco-japonaise.

Tsuneko Taniuchi étudie au Kobe College (Japon) puis à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Après plusieurs séjours à New York entre 1979 et 1984, elle s’installe à Paris en 1987, où elle vit et travaille toujours.
Performance, vidéo, photographie et installation sont au cœur de sa pratique. En 1995, elle met au point la formule du « Micro-événement » qui, par opposition au « macro-événement », renvoie à la vie quotidienne en s’intéressant à ce qui arrive à l’échelle individuelle. Elle l’investit comme moyen de repenser les relations entre le public, l’œuvre d’art et l’artiste. Par l’intermédiaire de ce concept, l’œuvre de T. Taniuchi traite principalement de la question des limites, celles qui existent entre l’art et la réalité, mais aussi celles qui traversent la multiplicité des identités, qu’elles soient sexuelles, sociales ou raciales.

Ses premiers « Micro-événements » mettent en évidence les difficultés de communication au sein d’un même groupe social et interrogent la possibilité de langages communs (Micro-événement no 1 /Ato no matsuri /Trop tard, 1995 ; Micro-événement no 6 /Berlin /Fast Food, 2000). Nombre de ses œuvres s’en prennent aux carcans qu’impose la société à l’individu. Ainsi, dans Micro-événement no 5 /Neuf personnages de femmes (1999), elle explore différents stéréotypes de femmes enfermées dans leurs propres rôles, afin d’envisager leurs possibilités d’émancipation par rapport aux systèmes de pouvoir.
Réalisées dans l’espace public, certaines de ses interventions engagent le·la spectateur·rice fortuit·e dans une confrontation directe. En 1998, avec Micro-événement no 8 /Action publique, elle mène une action non autorisée dans un supermarché parisien en se présentant en mère de famille, avec deux poupées en plastique, pour y faire ses courses. Arrivée à la caisse, elle s’exclame qu’on lui a volé son portefeuille et ses papiers, devant le personnel et les client·e·s déconcerté·e·s et incapables de reconnaître s’il s’agit d’une situation réelle ou de création artistique. Le malaise provoqué par ce type de mise en scène perturbante exige du public qu’il se positionne vis-à-vis de l’altérité.
La disparition de sa maison d’enfance lors du séisme de 1995 qui a dévasté la région de Kobe inspire à T. Taniuchi un projet qui mêle autobiographie et questionnement d’ordre social. My Sentimental Journey (1997) est une installation constituée d’un diaporama photographique abrité sous une tente, qui fait écho à la perte des liens avec son passé, mais révèle aussi l’ambiguïté des rapports qu’elle entretient avec son pays d’origine et la France.
Marquée par la lecture de Was Geschah, nachdem Nora ihren Mann verlassen hatte oder Stützen der Gesellschaften [Ce qui arriva après que Nora eut quitté son mari ou les soutiens des sociétés, 1977] de la féministe et prix Nobel de littérature 2004 Elfriede Jelinek (une réécriture de Henrik Ibsen par cette autrice), T. Taniuchi invente alors une suite à ce texte : Nora en SDF comme figure émancipée (Plastic Bag Lady, 1995 ; Les Collections de Nora, 1995 ; Micro-événement no 12 /Le droit au logement, 2001).
Anticipant le projet politique de « mariage pour tous », les Micro-événements sur le thème de la noce sont sans doute parmi les réalisations les plus importantes et les plus subversives de T. Taniuchi, du moins jusqu’à la loi autorisant les unions de personnes de même sexe votée en France en 2013. En effet, depuis 2002, elle a célébré son mariage avec plus de 290 conjoints et conjointes, de toutes orientations sexuelles, et dans des lieux aussi divers et inattendus que des musées, des mairies, une caravane, en France comme à l’étranger. Cette œuvre a pris la forme d’une installation exposée en 2012 au MAC VAL – musée d’art contemporain du Val-de-Marne (Vitry-sur-Seine) et en 2014 au Forum de la maison Hermès de Ginza, à Tokyo.

Depuis une dizaine d’années, la notion de « féminisme intersectionnel », introduite par Kimberlé Williams Crenshaw, et celle de « démocratie multiraciale », liée à la pensée postcoloniale d’Achille Mbembe, ont pris une place de plus en plus importante dans le travail de T. Taniuchi. Elle les explore désormais dans des performances réalisées avec d’autres participant·e·s, afin de transmettre sa vision de la performance à de jeunes artistes et de tenter ainsi d’élargir le concept du corps à ses dimensions sociales, politiques et économiques (par exemple dans Micro-événement no 50 /Mon corps est politique, 2018).

Lire plus

Asuka Ikeda

Une notice réalisée dans le cadre du réseau académique d’AWARE, TEAM : Teaching, E-learning, Agency and Mentoring

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°1 /Ato no matsuri /Trop tard, performance, Galerie chez Valentin, Paris, 1995, Photo Sylvain Flanagan, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°5 /Neuf personnages de femmes, performance Plastic Bag Lady, vue de l’exposition Paris pour escale, commissariat de Hou Hanru et Evelyne Jouanno, Musée d’Art Moderne de Paris, 2000-2001, Photo Marc Dommage, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°5 /Neuf personnages de femmes, performance Boxeuse, version édition en 2008, Photo Volker Renner, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°6 /Berlin /Fast food, performance, Künstlerhaus Bethanien, Berlin, 2000 (Bourse de la Villa Médicis Hors les Murs / AFAA, 2000), Photo Rudie Ewals © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°8 /Action publique, performance, évènement Ici tout est réel, organisé par la revue Tribeca, Monoprix, Paris, 1998, Photo Eric Tabuchi, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°12 /Le droit au logement, performance, pour Rewind, Glassbox, Paris, 2001, Photo Julia Rometti, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n° 25 /Public communication bar /VIP Cocktails, performance, pour Occupation #1, MAC/VAL, Vitry, 2004, Photo Laurent Vicari, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement n°14 /Future épouse aime faire la peinture, pour Art & Vitrine, Rougier & Plé, Paris, 2002, Photo Tiina Ketara, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement /Anniversaire de mariages, performance, pour Rendez-vous du forum, Session 2, Centre Pompidou, Paris, 2010, Photo Maria Tomé, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événement N°50 /Mon corps est politique, 2019, performance, 60 min, The Emily Harvey Foundation, New York, Soutiens du CNAP, de la Fondation des Artistes et de Parsons Paris / New York, The New School, Photo Gaia Squarci, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, Micro-événements de Mariages, 2002-2012, Micro-événement /Anniversaire de mariages, installation avec 26 photos, 1 vidéo et 1 carte d’invitation d’anniversaire de mariage, Collection du CNAP, vue de l’exposition Situation(s) [48°47 34 N / 2°23 14 E], commissaire Frank Lamy, MAC VAL, Vitry, 2012, Photo Martin Argyroglo, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, La mariée, installation avec podium, escalier, moteur, équipement audio, musique, mannequin, robe de mariée et accessoires, Hôtel de Ville, Paris, 2003-2012, Collection du MAC VAL, 2012, Photo Martin Argyroglo, © ADAGP, Paris 2021

Tsuneko Taniuchi — AWARE Women artists / Femmes artistes

Tsuneko Tanuichi, My Sentimental Journey, 1997, installation avec tente et diaporama avec fond sonore, 160 diapositives en noir et blanc et couleur, juxtaposées à des musiques et à des conversations enregistrées dans différentes langues, pour Parisien(ne)s, commissaire Hou Hanru, Iniva en collaboration avec le Camden Arts Centre, Londres, 1997

Magazine
Articles liés
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
Villa Vassilieff - 21, avenue du Maine 75015 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29