Monica Ross

1950Lancashire, Royaume-Uni | 2013Brighton, Royaume-Uni
Informations
Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Portrait de Monica Ross, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Artiste plasticienne britannique.

Monica Ross est une artiste, professeure et organisatrice d’actions, dont les œuvres font appel à la vidéo, au dessin, à l’installation, au texte et à la performance. Elle s’investit dans des initiatives collectives à vocation féministe, notamment The Women’s Postal Art Event, également connu sous le nom de Feministo (présenté à l’ICA – Institute of Contemporary Arts à Londres et lors de l’exposition collective Künstlerinnen International 1877-1977 à Berlin), Fenix (1978-1980), qui brouille la distinction entre galerie et atelier (exposition Issue, ICA, 1980, organisée par Lucy R. Lippard), et Sister Seven, un collectif d’artistes et de poètes qui utilise l’art de l’affiche et la performance pour protester contre les armes nucléaires et le militarisme.
Dans les années 1980, M. Ross devient trésorière du comité de pilotage de la revue Feminist Art News et commence à enseigner à la Saint Martin’s School of Art, où elle est à l’initiative d’un cours qui révolutionne l’approche de la pensée critique dans la pratique artistique. Elle aborde dans son propre travail les notions de temps, de mémoire et d’archéologie du présent en dialogue avec la pensée de Walter Benjamin, ainsi que l’invisibilisation permanente des femmes des classes populaires dans l’histoire et l’augmentation des inégalités en Grande-Bretagne et dans le monde.
Dans les années 1990, elle critique les représentations médiatiques des conflits et de la souffrance à travers la répétition de gestes singuliers et en remettant en question le droit du public à voir. This Is Not A Photograph [Ceci n’est pas une photographie, 1990] questionne la couverture médiatique de l’épidémie infantile de HIV en Roumanie, et Neither Loaves Nor Fishes [Ni pains ni poissons, 1991] s’interroge sur l’incapacité des travailleurs humanitaires à fournir de la nourriture aux réfugiés kurdes malgré leur accès à une communication téléphonique.

Valentine (2001), un hybride de livre d’artiste et de traité théorique, mêle les préoccupations esthétiques et politiques de M. Ross à son engagement au sein de réseaux d’amitié et d’entraide, mais aussi ses recherches dans le domaine de la théorie critique et de l’histoire de la culture. Entre 2001 et 2004, elle occupe un poste de chercheuse à l’université de Newcastle et de professeure invitée à l’université des arts de Berlin. Durant cette période, sa pratique est marquée par ses expériences dans ces deux villes et par sa lutte infatigable contre le démantèlement des infrastructures sociales. L’apprentissage de la langue allemande renouvelle son intérêt pour les écrits de W. Benjamin et donne lieu à une série d’œuvres sur la temporalité, la collaboration et la dimension politique des technologies. De 2000 à 2010, elle travaille en tant qu’archiviste pour le Department of Dislocated Memory au sein du projet International Corporation of Lost Structures (ICOLS) fondé par Suzanne Treister (1958-) et Bronia Iwanczak.

Suite à la mort de Jean Charles de Menezes, citoyen innocent abattu par la police à Londres en 2005, M. Ross entame une série de performances au cours desquelles elle récite de mémoire la Déclaration universelle des droits de l’homme. rightsrepeated [droitsrépétés, 2005-2008] évolue ensuite pour devenir Anniversary – an act of memory [Anniversaire – un acte de mémoire, 2008-2013], une série de 60 récitations individuelles et collectives en plusieurs langues présentées dans divers lieux, dont la British Library et la Chambre des communes britannique, à des dates qui correspondent à plusieurs anniversaires, dont la Journée internationale des droits des femmes et la commémoration du massacre de Peterloo à Manchester. Trois des dernières performances sont récitées par Andrew Mitchelson lorsque M. Ross est trop affaiblie par la maladie. Elle s’éteint le jour du soixantième acte de la performance au siège des Nations Unies à Genève. Selon ses propres mots : « Il faut s’engager de manière concrète pour la défense des droits humains. L’acte de mémoire n’est qu’une infime partie de ce processus urgent. »

Lire plus

Alexandra Kokoli

Traduit de l'anglais par Lucy Pons.

Une notice réalisée dans le cadre du réseau académique d’AWARE, TEAM : Teaching, E-learning, Agency and Mentoring

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, poster pour l’exposition A Portrait of the Artist as a Housewife, ICA, 1977, avec le travail de la Women’s Postal Art Event – Feministo (Monica Ross avec sa fille Alice est sur la 2ème rangée, 4ème à partir de la gauche), © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Anniversary – an act of memory, 2008-2013, 60 actes de récitations individuelles, collectives et multilingues en mémoire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Photo Bernard G Mills, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Sister Seven poster, 1981-1984 ; Sister Seven était composé des artistes Shirley Cameron, Monica Ross et Evelyn Silver, et des poètes Gillian Allnutt et Mary Michaels, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Ghost in the Spinning Mill, performance en solo, dans le cadre de Triple Transformations, une résidence avec Shirley Cameron et Evelyn Silver à la Rochdale Gallery, 1985, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Like Gold in the Furnace, 1987, diaporama et performance, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross (avec Anne Tallentire), Six Days of Momentary Art, 1993 ; Monica Ross et Anne Tallentire ont travaillé en dialogue avec d’autres artistes réalisant des actions improvisées dans divers endroits à Riga et dans les environs, aboutissant à une performance publique à l’Aula Academy of Art, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Valentine, 2000-2002, livre, archive d’objets, et vidéo, 70 x 70 cm, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, justfornow, 2001-2004, série de performances de longue durée et d’œuvres sur le web transcrivant l’essai de Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’ère de la reproduction mécanique, sur des tablettes numériques ou sur du papier calque à l’aide de caméras frontales, de câbles et de projections vidéo live sur des fenêtres ; le projet comprend de la documentation, des travaux imprimés, des captures d’écran pour le public et un site internet www.justfornow.net, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Bykermorning: the view from a deserted utopia – a home movie, 2003, photo de film, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross, Women with Red Umbrellas, 2005, performance de groupe dans la rue, Pilot Projekt Gropiusstadt, Berlin, Allemagne, © 2021 Monica Ross Archive, tous droits réservés

Monica  Ross — AWARE Women artists / Femmes artistes

Monica Ross (with Jorn Ebner), Housewarming: A Celebration in Reverse, 2009, événement public, Wunderbar Festival, Newcastle upon Tyne, Angleterre, Photo S. Bailey, © 2021 Monica Ross Archive, All rights reserved

Magazine
Articles liés
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
Villa Vassilieff - 21, avenue du Maine 75015 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29