Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Critique

Zanele Muholi, portrait d’une « lionne noire »

22.09.2017 |

Zanele Muholi, Bester V, Mayotte, 2015, tirage gélatino-argentique, © Zanele Muholi. Courtesy Stevenson, Cape Town/Johannesburg et Yancey Richardson, New York

Le Stedelijk Museum à Amsterdam1 consacre cet été une importante exposition à la photographe et activiste sud-africaine la plus percutante de sa génération, Zanele Muholi. Regroupant des œuvres issues de ses principales séries depuis le début de sa carrière en 2006 jusqu’à aujourd’hui, l’exposition retrace son combat contre le racisme, la discrimination et toute forme d’inégalité dans la société post-apartheid d’Afrique du Sud.

Zanele Muholi, portrait d’une « lionne noire » - AWARE Artistes femmes / women artists

Zanele Muholi, Bester I, Mayotte, 2015, tirage gélatino-argentique, © Zanele Muholi. Courtesy Stevenson, Cape Town/Johannesburg et Yancey Richardson, New York

En 2002-2003, Zanele Muholi suit une formation de photographe au Market Photo Workshop, une école mise en place par le grand photographe sud-africain David Goldblatt à Johannesburg pour les jeunes des quartiers défavorisés. Militante de longue date, elle se consacre dès ses débuts à documenter la communauté lesbienne et transgenre noire de son pays. Poussée par l’idée que ses photographies peuvent contribuer à éduquer une société sud-africaine coutumière de violences à l’encontre des homosexuels, elle dénonce ces exactions quotidiennes et souhaite que son travail permette à des personnes comme elle de vivre une vie plus sûre.

Zanele Muholi, portrait d’une « lionne noire » - AWARE Artistes femmes / women artists

Vue de l’exposition Zanele Muholi au Stedelijk Museum à Amsterdam, Série Faces and Phases, 2006-2017, © Photo : Gert Jan van Rooij

Zanele Muholi, portrait d’une « lionne noire » - AWARE Artistes femmes / women artists

Zanele Muholi, Bester V, Mayotte, 2015, tirage gélatino-argentique, © Zanele Muholi. Courtesy Stevenson, Cape Town/Johannesburg et Yancey Richardson, New York

Zanele Muholi, portrait d’une « lionne noire » - AWARE Artistes femmes / women artists

Vue de l’exposition Zanele Muholi au Stedelijk Museum à Amsterdam, Série Somnyama Ngonyama, 2015-2017, © Photo : Gert Jan van Rooij

Le parcours de l’exposition, organisé autour des séries photographiques majeures de l’artiste, met en valeur le talent de portraitiste de Zanele Muholi, qui confère fierté et dignité aux Sud-Africains discriminés. Ainsi, dans Bester2, l’artiste parée d’accessoires composés d’éléments domestiques (pinces à linge, éponges, etc.) rend hommage à sa mère, qui fut toute sa vie femme de ménage chez une famille d’Afrikaners, et dénonce les conditions de vie et de salaire de bon nombre de travailleuses sud-africaines. Tandis qu’avec Faces and Phases3 Zanele Muholi donne à voir la pluralité des personnalités LGBTI, photographiant sans distinction tous ceux qui revendiquent une appartenance à cette communauté, hommes, femmes, transgenres, pères, mères, jeunes, vieux, adolescents… Les participants, immortalisés en plan rapproché, à demi de profil, tournent tout entier leur regard vers l’objectif. Leur expression franche et fière engage alors un face-à-face troublant et intime avec le visiteur. L’exposition présente également la dernière série photographique de Zanele Muholi, Somnyama Ngonyama4, marquant une nouvelle étape dans sa carrière. L’artiste se confronte ici directement à la caméra. Ses autoportraits illustrent de façon théâtrale différents moments de l’histoire politique de l’Afrique du Sud et dénoncent l’oppression de la population noire. Au milieu du parcours se trouve aussi une salle de documentation consacrée à inkanyiso.org5, plate-forme Internet créée par Zanele Muholi en 2009 pour rassembler et donner la parole à la communauté LGBTI : les sujets de ses photographies peuvent ainsi partager leur expérience et débattre ou informer sur des questions qui leur sont chères.

Fortement contrastées, intimes et dramatiques, les œuvres puissantes de Zanele Muholi interpellent et interrogent. Dressant le portrait percutant d’une communauté stigmatisée, la photographe nous transmet avec brio son ambition éducative et politique de « réécrire une histoire visuelle de la communauté queer et transsexuelle sud-africaine […]6 ».

Zanele Muholi, du 8 juillet au 15 octobre 2017, Stedelijk Museum, Amsterdam, Pays-Bas

1
L’expression stéréotypique « lionne noire » du titre de cet article reprend le titre de la récente série de Zanele Muholi Somnyama Ngonyama, Salut à toi, Lionne noire en zoulou.

2
Il s’agit du nom de la mère de Zanele Muholi.

3
Zanele Muholi a consacré une grande partie de sa carrière au projet Faces and Phases. Commencé en 2006, il regroupe aujourd’hui plus de 250 portraits.

4
En zoulou, Somnyama Ngonyama signifie « Salut à toi, Lionne noire ».

5
En zoulou, inkanyiso signifie « celui qui apporte la lumière ».

6
Voir http://stevenson.info/artist/zanele-muholi/biography « to re-write a black queer and trans visual history of South Africa for the world to know of our resistance and existence at the height of hate crimes in South Africa and beyond » (consulté le 21 août 2017).

Haut de page
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29