Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Soutenir AWARE

Ruth Francken

1924Prague, République tchèque | 2006Paris, France
Informations

Peintre et sculptrice américaine.

La vie nomade, cosmopolite de Ruth Francken est à l’image de son œuvre de peintre et de plasticienne : marginale, disparate, irréductible aux divers courants artistiques d’après-guerre – que ce soient l’expressionnisme abstrait américain, l’art informel, le surréalisme ou le pop art. « Comment peindre aujourd’hui ? Somme toute, peut-on encore peindre aujourd’hui ? » À ces questions cruciales qu’elle s’est posées, elle répond en multipliant les expérimentations plastiques qui, loin de la peinture purement rétinienne des abstraits américains, peuvent intégrer une dimension de spiritualité : cette quête générera la tension comme la cohérence intime de son œuvre. Le fragment (par déchirure, par coupure), l’inachèvement (par respect du rythme de la respiration, du souffle des pulsations), la démultiplication (par miroir), la décomposition (par brûlure) constituent les procédures et les thèmes de la plupart de ses réalisations, depuis les séries peintes des Lulu images (1961), Grandes têtes (1964), Multitêtes (1965) et Tête-à-tête (1964-1965) – défigurations de purgation violente rappelant, entre autres, Artaud – jusqu’aux séries intégrant photographies, miroirs ou autres matériaux froids en métal et en Plexiglas des Portraits (1983), de Mirrorical Return et Otages (1978- 1986), et enfin des Wittgenstein Variations (1989-1993), traitées en dispositifs de fragments ; depuis, encore, les sculptures en bronze des Têtes/Crânes et des Têtes/Cages des années 1965 (Chariot à 2 têtes) – exorcisant, en écho à Giacometti et à Étienne-Martin, la solitude de l’individu et l’angoisse de mort – jusqu’aux objets métalliques ou en résine qui objectivent, tels des ready-made duchampiens, son obsession du message et de la communication : pains et ciseaux des années 1967-1973, téléphone (The Last Telephone, 1972).

Enfin, l’incandescence de la mémoire traverse également toute l’œuvre : les Flammes-Volcans (Burning Point, 1988- 1989), les aquarelles des débuts, la série des brûlages/ collages, dessins à la fumée, tableaux/objets en bois calciné et les portraits des Wittgenstein Variations.

Lire plus

Agnès de La Beaumelle

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken, L’Homme Grand siège anthropomorphe, 1997, structure en résine renforcée de polyester noir, piètement formé d’un large tube cylindrique en métal chromé, 99 x 58 x 68 cm, collection particulière, © ADAGP, Paris

Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken and Bernard Heidsieck, Partition V – Le soleil noir, 1973, livre-objet composé d’un livre et de 6 disques vinyl intégrés dans une sculpture en fonte d’aluminium, 32 x 32 cm, collection particulière, © ADAGP, Paris

Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken, Jean Tinguely – Triptyque, 1985, tirages photos et technique mixte sur panneau, 80 x 194 cm, collection particulière, © ADAGP, Paris

Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken, La petite souche, 1957, huile sur toile, 84 x 102 cm, collection particulière, © ADAGP, Paris

Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken, La saisie, 1973, papier photographique, métal, cordon, toile de lin, 157 x 112 x 9 cm, Museum Boijmans Van Beuningen, © ADAGP, Paris

Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken, Le lit nuptial, 1965, bronze patiné, 65 x 35 x 18 cm, collection particulière, © ADAGP, Paris

Ruth Francken — AWARE Women artists / Femmes artistes

Ruth Francken, Tête à tête, 1964-1965, bronze patiné, 100 cm de long, fondeur : Hermann Noacker, collection particulière, © ADAGP, Paris

Index
Artistes liées
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29