Séraphine Louis, dite de Senlis

1864Arsy, France | 1942Villers-sous-Erquery, France
Informations
Soutien
— Musées de Senlis

Peintre française.

La vie de Séraphine de Senlis est à l’image de son œuvre : riche, foisonnante et obscure. Elle naît dans un milieu rural du département de l’Oise. Orpheline à l’âge de 7 ans, elle est élevée par sa sœur aînée et rapidement abandonnée à son sort. Domestique au couvent de la Charité de la Providence à Clermont-de-l’Oise, elle s’immerge dans la vie religieuse et s’imprègne des images de piété qui l’entourent. Dès lors, tout au long de sa vie, elle vouera un culte à la Vierge. Femme de chambre au service de la bourgeoisie dans les environs de Senlis, elle commence à peindre des natures mortes de petit format, dans la plus profonde solitude ; elle confectionne elle-même ses couleurs à base de ripolin, et opère d’énigmatiques mélanges, dont personne ne percera le secret. En 1927, plusieurs de ses œuvres sont retenues pour l’exposition de la Société des amis des arts de la Ville de Senlis. Wilhelm Uhde, grand collectionneur, critique et marchand d’art, manifeste un profond intérêt pour sa peinture chargée de « confessions extatiques », et devient son mécène.

Elle se met alors à peindre sur de très grands formats, qu’elle dispose au sol. Elle construit des représentations exubérantes aux motifs récurrents de fleurs, fruits, feuilles-plumes, feuille-œil, célébrant ainsi ses visions mystiques d’une nature luxuriante. Ses compositions, mues par le « génie du cœur et de l’intuition », incitent W. Uhde à rapprocher son travail d’autres peintres autodidactes, comme André Bauchant, Camille Bombois, Louis Vivin, qu’il nomme les « primitifs modernes », refusant le terme impropre de « naïf » ; il leur consacre en 1928 une exposition intitulée Peintres du cœur sacré. L’artiste accède ainsi à une certaine renommée ; les habitants de Senlis et certains musées nationaux et internationaux commencent à acquérir ses toiles. Sujette à de forts délires paranoïaques, la peintre, à l’apogée de son art, sombre dans la folie et dilapide tout son argent. Dès lors, internée à l’hôpital psychiatrique de Clermont-de-l’Oise en 1932, elle cesse tout activité artistique. En 1972, le Musée de Senlis lui consacre une première exposition monographique.

Lire plus

Claire Bickert

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Séraphine Louis, dite de Senlis — AWARE Women artists / Femmes artistes

Séraphine Louis, dite de Senlis, L’arbre de paradis, 1930, ripolin sur toile, 195 x 130 cm, Musées de Senlis, Photo : © Christian Schryve

Séraphine Louis, dite de Senlis — AWARE Women artists / Femmes artistes

Séraphine Louis, dite de Senlis, Les cassis, vers 1915, ripolin sur toile, 19,4 x 24,5 cm, Musées de Senlis, Photo : © Christian Schryve

Séraphine Louis, dite de Senlis — AWARE Women artists / Femmes artistes

Séraphine Louis, dite de Senlis, Les grenades, vers 1915, ripolin sur toile, 18,4 x 24 cm, Musées de Senlis, Photo : © Christian Schryve

Séraphine Louis, dite de Senlis — AWARE Women artists / Femmes artistes

Séraphine Louis, dite de Senlis, L’arbre de vie, 1928, ripolin et huile sur toile, 144 x 112 cm, Musées de Senlis, Photo : © Christian Schryve

Séraphine Louis, dite de Senlis — AWARE Women artists / Femmes artistes

Séraphine Louis, dite de Senlis, Orange et trois quartiers d’orange, vers 1915, Musées de Senlis, Photo : © Christian Schryve

Séraphine Louis, dite de Senlis — AWARE Women artists / Femmes artistes

Séraphine Louis, dite de Senlis, Grappes et feuilles roses, vers 1929, ripolin et huile sur toile, 111,5 x 89 cm, Musées de Senlis, Photo : © Christian Schryve

Magazine
Article lié
Découvrir
Thème lié
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29