Demain on déménage ?

la montée de sève & les réveils éteints
14.04.2020 | Hélène Bertin
<i>la montée de sève & les réveils éteints</i> - AWARE

Hélène Bertin & Romain Bodart, la montée de sève & les réveils éteints, vidéo 4’47’’, couleur, son © Photo : Hélène Bertin

l’église est à nouveau au milieu du village
les félins rôdent sur les longues traînées d’asphalte
assis sur les pas de porte et les escaliers les bipèdes se parlent
nos oreilles oient une gamine, elle apprend à semer les comestibles
elle va et vient au lavoir, accompagnée d’un chantepleure
un chat court après l’eau basculée
l’enfant décide de lui créer
un pédiluve
nous tournons bride vers l’atelier pour pétrir les pâtes
les spirituelles et nourricières
les mains veilleuses chaperonnent la rigidité et la levée
leurs trajets coutumiers dessinent des figures comestibles
ou
immangeables
notre vitesse résiduelle alentit après les ressacs
nous sommes saouls
d’immobilisme & de sommeil

Hélène Bertin & Romain Bodart, la montée de sève & les réveils éteints, vidéo 4’47’’, couleur, son

 
LES ANCHES LIBRES
 
28.04.2020

<i>la montée de sève & les réveils éteints</i> - AWARE

Hélène Bertin & Romain Bodart, les anches libres, 2020, vidéo 4’20 », couleur, son, © Photo : Hélène Bertin

l’enfumoir les tranquillise
nous volons la sueur étrange aux hyménoptères
elle est claire dans le bain marie
et devient ampoule de coton
le corps gras fume
nos narines hument le pétrichor
coule la pluie des fontaines et déborde sur les adventices
les hélix lèchent le sol
les doigts griffent la terre pour transplanter
nous franchissons la route
la soufflerie a l’oeil clos
elle inspire et expire
les doigts façonnent le chant du vent
au revers de l’agneau le vaisseau de 230 ans se gonfle
et
siffle à altitude des oiseaux
à rebours
les mains jouent des cantilènes

Hélène Bertin & Romain Bodart, les anches libres, 2020, vidéo 4’20 », couleur, son

Hélène Bertin (1989) a étudié dans trois établissements aux pédagogies différenciées : le lycée Frédéric-Mistral à Avignon en section arts appliqués, l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon où elle cofonde le collectif Plafond, puis l’École nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy dont elle sera diplômée en 2013. Cette même année, parallèlement à son DNSEP, elle commence des recherches autour du travail de Valentine Schlegel qui transforment peu à peu mais résolument sa vision de l’art. Elle sera à l’origine de l’édition Je dors, je travaille qui révolutionnera le regard sur cette artiste. Sa pratique oscille de la sculpture au workshop et à la recherche, une démarche volontairement bâtarde qui la positionne entre artiste, curatrice et historienne. Elle travaille à Paris et à Cucuron où elle déploie des invitations pour travailler avec ses hôtes, Hélène Bertin développe son art en lien avec autrui (artistes, associations, artisans, familles…). Ses sculptures et projets ont été présentés au sein d’espaces alternatifs (Pauline Perplexe, DOC) et d’institutions publiques (CAC Brétigny, CRAC Occitanie) ou privées (Fondation Ricard, Lafayette Anticipations). Hélène Bertin est lauréate du Prix AWARE 2019.

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29