Sylvie Blocher

1953 | Morschwiller-le-Bas, France
Informations

Artiste multimédia française.

Après une maîtrise d’arts plastiques et d’histoire de l’art à Strasbourg, Sylvie Blocher produit, au début des années 1980, avec l’écrivain Gérard Haller, des Spectacles pour rendre la vie présentable, entre performance et récits. Le dernier d’entre eux, Figuren (Festival d’Avignon, 1987), évoque l’extermination pendant la Seconde Guerre mondiale et la part imprésentable de la modernité. À la Biennale de Venise de 1988, elle est sélectionnée pour la section Aperto (Le Grand Atlas), et participe en 1991 à l’exposition 14 Contemporary Artists from France à Toronto. Sa dernière pièce construite, Déçue la mariée se rhabilla (1991), est un objet lumineux posé au sol, qu’elle décrit comme « plein d’une énergie électrique limitée, qu’on doit recharger chaque nuit, une oeuvre contre toute idée d’éternité ». Voulant repenser « une modernité autoritaire sous l’angle de l’altérité » et opposer aux mécanismes de contrôle social et affectif une pratique de « décolonisation du moi », elle entreprend de rendre la parole « aux visages ».

En 1992, elle commence la série des Living Pictures, fondée sur « le partage de l’autorité de l’artiste » avec des personnes rencontrées par annonces, sans casting : les participants doivent s’adresser à un visage absent, de l’autre côté de l’objectif ; l’artiste, à leurs côtés, utilise des questions comme outil de travail, jusqu’à ce que l’une d’elles les arrache à eux-mêmes. Cette « pratique de l’abandon » met à nu des affects, hors contrôle (L’Annonce amoureuse, 1995 ; Men in Gold, 2007). Traquant la singularité des corps et, en particulier, le féminin dans le corps des hommes comme une sortie possible d’une communauté autoritaire (Le Jugement de Pâris, 1995), l’image met l’accent sur le dissensus et la responsabilité éthique et politique de l’art. S. Blocher est également cofondatrice du collectif Campement urbain, avec l’architecte François Daune.

Lire plus

Catherine Fraixe

Extrait du Dictionnaire universel des créatrices
© 2013 Des femmes – Antoinette Fouque
Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, Rosso Fuoco, 1988, Centre national des arts plastiques, © ADAGP, Paris, © Cnap

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, What Belongs to Them, 2003, installation vidéo, 36 min., © Adagp, Paris

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, Les témoins, 2010, installation vidéo HD sans son avec des adolescents des favelas de Cidade Tiradentes à Sao Paulo au Brésil,  29 min., © ADAGP, Paris

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, L’annonce amoureuse, 1993 -1995, Installation vidéo au Festival du Cinéma, Saint-Denis, France, écran flottant 2,50 x 2,25 m, meubles plats peints en trompe l’œil, © ADAGP, Paris

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, For Ever, 2000, installation vidéo en français, anglais et flamand à « Voici, 100 ans d’art contemporain », 17 min., Maison en construction, faux bois, © ADAGP, Paris

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, Behind the invisibles, 2014, vidéo HD PAL avec des vendeurs du Marché San Joachim, Salvador, Brésil, 21’24 min., © Adagp, Paris

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, Change the Scenario, (Conversation with Bruce Nauman), 2013, vidéo HD avec Shaun Ross, 5’30 min.,peinture, Centre national des arts plastiques, © Adagp, Paris & Cnap

Sylvie Blocher — AWARE Women artists / Femmes artistes

Sylvie Blocher, Change the Scenario, (Conversation with Bruce Nauman), 2013, vidéo HD avec Shaun Ross, 5’30 min.,peinture, Centre national des arts plastiques, © Adagp, Paris & Cnap

Magazine
Article lié
Artistes
Découvrir d'autres artistes

Archives
of Women Artists
Research
& Exhibitions

Facebook - AWARE Twitter - AWARE Instagram - AWARE
110 boulevard Saint Germain 75006 Paris (France) — info[at]aware-art[.]org — +33 (0)1 55 26 90 29